Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 23:10

C'est un succès de longue date chez nous.

C'est étrange: il a été offert à Loutre, notre fille aînée. Alors qu'il traite très explicitement de la difficile place du second d'une fratrie de trois. De ses exploits pour être vu quand même. De sa peur d'être oublié. De son dépit face aux privilèges des grands, aux mamours des petits, à l'impression de "désert" du milieu.

Loutre l'aimait beaucoup. Mais Loutre atteignait parfois des sommets de fiantitude (toujours Copyright MamanTestent, et petit clin d'oeil à ce cher Desproges) et il lui plaisait de lire des histoires parlant de ses collègues excellant également dans ce domaine: Astalik, la Petite Princesse et Petit monstre lui paraissant même parfois falots.

Marmotte le découvre depuis deux ans et nous fait régulièrement des remakes.

Avec ses 20 pages à peine, sa construction très classique et son (faux) air vieillot, Chut chut Charlotte est un condensé de tout. Le regard est à hauteur d'enfant, avec sa malice, sa mauvaise foi et son entêtement. La grande soeur trop peste. Le petit frère qu'on se plaît à considérer comme un ballot de layette qu'on roule dans une serviette en sortant du bain. La quête éperdue (et ridicule) des parents cherchant Charlotte. La bonne humeur de la fin. Les sourires d'une famille aimante, mais où chaque soirée a un avant goût d'apocalypse. Comme chez nous.

charlotte.jpg

Repost 0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 21:25

Je remercie souvent, mentalement, en mon for intérieur, les géniteurs de Claude Ponti d'avoir enfanté ce petit-là et toutes les pierres de son chemin d'avoir fait de lui l'auteur qu'il est.

 

Pour les parents, lire du Claude Ponti à ses enfants, c'est du "nanan". Un pur délice. Une détente très douce et très piquante. Un bonheur de mots et d'images. L'imagination et l'intelligence au pouvoir, insoumises et indomptables, le temps d'une histoire folle.

 

En ce moment, je lis à mes filles Le chien invisible. Bon, je sais, je ne suis pas dans l'actualité littéraire la plus brûlante, mais je lirai bientôt Mô-Namour, le dernier sorti, mais là, vu le niveau d'angoisse de Loutre en ce moment, les histoires avec les parents qui meurent au début, j'évite, même quand c'est du Ponti. J'ai peut-être tort...

 

Chien-invisible.jpg

 

 

Je ne me lancerai pas dans un résumé pontiesque. Hors de question. C'est irracontable. Ou alors on trouve ça légèrement plat voire nunuche, alors que c'est tout sauf ça.

 

C'est, comme toujours, une histoire à tiroirs, à niveaux de lecture différents. Mais les parents ne s'éclatent pas sur le dos des enfants, ne rient pas d'histoires que les enfants comprendront, dépités et vexés, quand ils seront plus grands.

 

Non, à chaque lecture, Loutre, 5 ans, découvre un nouvel élément de l'histoire. Une chose qu'elle n'avait pas interprétée jusque là. Et qu'elle peut comprendre à sa façon. Comme ça parle de soi et de l'autre, de la solitude et de l'amitié, de l'attention et du délaissement, des enfants sages et des enfants incontrôlables, du conformisme et des moyens d'y résister, de la loi du plus fort et de celle du plus malin, du vrai-vrai et du vrai-imaginé, de l'amour et de la folie, ça permet de rêver ensemble, de parler de ce qu'on comprend, de ce qui résonne en soi, entre adultes et enfants, et ça permet de se comprendre autrement.

 

Merci Claude Ponti.

Repost 0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 21:33

Elmer-et-l-etranger.jpg

 

Elle-mère / Elmer, vous aviez saisi n'est-ce pas?

 

Quoique plutôt attirée par des auteurs moins visibles, pour moi comme pour mes filles, j'aime me laisser convaincre. Parmi les têtes de gondole des rayons librairies que je fréquente le moins, ne trouvent grâce à mes yeux qu'Elmer et, un peu, Barbapapa. Le premier, parce qu'il faut vraiment être malhonnête pour trouver ça mauvais, le second, par nostalgie surtout. Les autres: Petit ours brun, Tchoupi, Oui Oui (là je meurs), Pénélope (au secours!), Emilie, Trotro et cie peuvent aller se rhabiller, je n'ai pas l'intention de les inviter ici.

 

Mais Elmer, avec ses couleurs chatoyantes de rainbow flag et son message de paix, a toute ma sympathie. Et Elmer et l'étranger, emprunté par mes filles à la bibliothèque du quartier il y a quelques jours, me plaît plus que les autres que je connais. Je m'attendais à une jolie histoire, limite cucuche, sur la tolérance, comme d'hab'. Mais c'est mieux que ça. C'est aussi une invitation à regarder l'autre (l'étranger) avec un regard neuf et donc à l'aider formidablement. Autrement dit, ce n'est pas seulement une ode à l'acception de l'autre, genre bon ben puisqu'il est là on va faire avec, mais une façon de dire que regarder l'autre et le considérer est un cadeau pour lui et pour soi. Par les temps qui courent, ça fait plaisir!

Repost 0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 22:56

Chagrin-tout-doux.jpg

 

Un classique par chez nous que j'avais presque oublié avant que Marmotte, deux ans un tier (Loutre tient beaucoup à un compte exact des fractions d'années, nous nous y tenons...), ne l'extirpe de derrière l'étagère tout à l'heure. Au moins un an qu'il croupissait là et la bibliothèque des merveilles est tellement fournie que nous ne nous en étions pas alarmés.

 

Et donc j'ai pu apprécier combien un bon et simple livre peut être aimé de différentes manières, à six mois, à douze mois, à vingt-huit mois (je sais additionner les tiers et les zentiers, moi Madame). Celui-ci va crescendo, comme une litanie, sans être trop répétitif (et c'est un exploit, je ne supporte plus les livres où il faut répéter la même chose huit fois). C'est doux, joli, apaisant. Je dirais que ça s'adresse aux bébés. Aux bébés de six mois ou de dix-huit, mais également au bébé grognon qui sommeille dans votre grand(e) de cinq ans ou presque. Et ça marche. Mieux, ça rassure sur ce qu'est le chagrin, la peine et la peur. La réponse du livre est: "c'est quelque chose qu'il faut prendre en considération, en soi. Et si à la fin le chagrin s'envole, ça semble être l'effet d'une grâce très meugnonne...

 

Pas sûre de vous avoir convaincus...

Repost 0

A Propos

  • : Le blog de elle-mere
  • Le blog de elle-mere
  • : Elle-mère, maman concernée de trois mammifères survoltés, Loutre, sept ans, Marmotte, quatre ans et demi, et Belette, 19 mois. Peut-on à la fois être féru de littérature enfantine, très au point question principes d'éducation, passionné par la condition des mères (et des pères), ouvert aux autres, ET au bord du burn-out parental? Oui, on peut!
  • Contact

Illustrations ©LuceGribouillon

L'illustration de la bannière de ce blog est l'oeuvre exclusive de Luce Gribouillon, que je remercie très chaleureusement.

 

Vous pouvez admirer ici les réalisations de cette illustratice/peintre/dessinatrice, entre autres talents de cette maman qui en a beaucoup!

 

http://lucegribouillon.blogspot.fr/

Recherche

Archives