Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 22:57

Quelle mère est-on? Quelle mère se sent-on être? Et, ce n'est pas juste pour l'alitération, quelle mère a-t-on l'air d'être?

 

Bon, il serait temps de se poser cette question, me direz-vous! Loutre va avoir cinq ans...

 

Non, non, cette question je me la pose chaque jour depuis environ six ans. Enceinte pour la première fois, j'ai dévoré Comment ne pas être une mère parfaite, de Libby Purves, avec délectation. En riant beaucoup. En me disant que tout cela avait l'air bien simple.

 

Ensuite, j'ai constaté que ça ne l'était pas, mais que je n'étais pas la plus désarmée. Le fait d'avoir eu l'occasion de vivre sa vie d'adulte librement, de réfléchir à ses actes, de prendre du recul sur ce qu'est notre société, ça aide pas mal. Dire que ça a suffit et que tout est simple serait très malhonnête de ma part. J'ai tâtonné beaucoup et tâtonne encore. Mais cinq ans et quelques mois après, alors qu'un troisième enfant arrive, j'ai comme l'impression d'avoir toujours été mère, ou du moins de l'être depuis assez longtemps, et de l'être tellement intensément ces temps-ci, que je ne m'interroge pas toujours assez sur ce que ça veut dire.

 

Il y a quelques jours, par curiosité, je suis allée voir le film Un heureux évènement et cela a réveillé des questions chez moi. Le film n'est pas un chef d'oeuvre à mes yeux. Apparemment il trahit le propos de l'auteur du livre dont il s'inspire, Eliette Abecassis. Je n'ai pas lu ce livre. Mais ce qui me frappe c'est l'échec du film à montrer que ce qui pose un problème insurmontable au personnage principal (la jeune femme qui devient mère), c'est la somme d'injonctions contradictoires qui lui sont adressées, et la surdité de son entourage et de la société à la détresse que ça suscite chez elle. Et l'impasse dans laquelle elle demeure à la fin, en ayant trouvé comme porte de sortie l'abandon de sa thèse et un départ d'écrivain à partir de son expérience douloureuse et heureuse de la maternité.

 

Sa situation de doctorante, intello précaire, rêveuse exigente et colérique, m'a rappelé ma vie à moi. Bon, on ramène toujours tout à soi, évidemment, mais là c'était pour moi troublant. Mais le film ne dit rien sur la difficulté d'être parents et d'être des adultes heureux dans leur boulot, qu'il soit salarié ou non, qu'il morde sur la vie familiale ou que ce soit l'inverse.

 

L'accouchement décrit dans le film ressemblait à mon premier accouchement. Mais je n'ai pas trouvé de fil conducteur très clair sur l'impact du traitement qu'elle subit alors: un obstétricien très peu respectueux de son corps et surtout une sage-femme caricaturale (qui d'emblée la délégitime et l'infantilise) mais quand même gentille. J'en ai croisé une méchante, dont les premiers mots à mon endroit ont été "Ben oui ça fait mal, on vous avait pas prévenue?", et il ne me viendrait pas à l'idée de lui trouver des circonstances atténuantes. Sans lui attribuer toutes mes difficultés, je la tiens pour responsable de certains de mes doutes les plus tenaces et de bien des larmes des premiers mois, quand je me sentais incapable et que ça me paniquait. Je ne suis pas sûre de devoir écrire au passé. Il m'arrive encore fréquemment d'avoir des sueurs froides quand je me retrouve dans une impasse avec l'obligation d'assurer et une situation chaotique côté mouflettes.

 

Je suis souvent frappée du décalage entre les personnages privés et publics que sont les mères. Nous le savons toutes. Les meilleures mères sont souvent celles qui se disent mauvaises ou indignes, parce que ces qualificatifs disent leur désir de bien faire tout en sauvant leur peau et donc en gardant leur humour. Comme d'autres que j'admire, j'espère plutôt être une mère très digne... Mais je m'étonne du contraste entre les discussions qu'on a dans l'anonymat d'internet ou dans la confiance des relations d'amitié (plus rarement) et le show incessant des super-mamans sur les scènes où nous sommes en chassé-croisé (crèche, école - il y en a qui comparent la sortie de l'école et les soldes, cf. notes de bas de page de l'article de cette copine-ci, j'adôôôre -, cours de danse/de musique, square etc.) et dans les clubs prônant le retour au maternage. Je ne citerais personne, je tiens à la vie, mais je reviendrais sur les implications que je vois dans cette volonté d'emprise naturaliste sur nos vies. C'est un autre sujet. Des tabous? Noooonnnn!!!!!!!! Comment ça, des tabous?!!!

 

Si?!!!

 

Comment ça, on est toutes schizophrènes? Ah non, pas moi!

 

Si?!!! Vous croyez???

Partager cet article

Repost 0
Published by elle-mere - dans Mères dans la cité
commenter cet article

commentaires

Blabala 14/10/2011 16:58


Je me suis dit en commençant à lire le billet : non cette fois je ne commenterai pas, je ne dirai pas que je suis revenue 4 fois et que toujours le dernier article était Elmer, que je suis accro et
que j'attendais la suite. Mais tu as parlé de moi. Bon c'est un peu trop compliqué pour moi, je me reconnais dans la mère indigne mais je ne sais pas très bien comment interpréter la suite... ça
doit être parce qu'on est vendredi et que j'ai eu une réunion de 3h. En tout cas tu m'as provoquée, tu m'as donné un prétexte pour polluer la section commentaires. Je n'en espérais pas tant ;o)

Et, dis, tu écriras un autre article bientôt histoire que je me retienne de poster un commentaire (ou pas).


A Propos

  • : Le blog de elle-mere
  • Le blog de elle-mere
  • : Elle-mère, maman concernée de trois mammifères survoltés, Loutre, sept ans, Marmotte, quatre ans et demi, et Belette, 19 mois. Peut-on à la fois être féru de littérature enfantine, très au point question principes d'éducation, passionné par la condition des mères (et des pères), ouvert aux autres, ET au bord du burn-out parental? Oui, on peut!
  • Contact

Illustrations ©LuceGribouillon

L'illustration de la bannière de ce blog est l'oeuvre exclusive de Luce Gribouillon, que je remercie très chaleureusement.

 

Vous pouvez admirer ici les réalisations de cette illustratice/peintre/dessinatrice, entre autres talents de cette maman qui en a beaucoup!

 

http://lucegribouillon.blogspot.fr/

Recherche

Archives